Accueil > Tourisme > Les Grandes Orgues de Rozay > Les Grandes Orgues de Rozay en Brie

Les Grandes Orgues de Rozay en Brie

        

 

Un des plus beaux fleurons du patrimoine organistique français

Toutes les personnalités faisant autorité dans le monde de l’orgue, sont unanimes pour situer le grand instrument Baroque français du 17° siècle de Rozay en Brie parmi les plus remarquables du patrimoine français. Le regretté Pierre Cochereau, illustre titulaire du Grand Orgue de Notre Dame de Paris, déclarait lors de sa venue en 1976 : «Après restauration, l’orgue de Rozay sera le meilleur instrument d’Ile de France, voire de la France…». Notre pays compte des milliers d’orgues, et l’un des plus marquants se trouve à Rozay, faisant de la ville une héritière privilégiée de plus de trois siècles d’histoire de la musique d’orgue. L’instrument, situé à quelques lieues de Chaumes en Brie, patrie des Couperin, est d’ailleurs souvent appelé « L’orgue des Couperin ».

Ce magnifique témoin de la facture française du XVIIème siècle, connu dans le monde entier, mais de facteur inconnu, nous est miraculeusement parvenu dans sa quasi intégralité. Après avoir échappé au pillage lors de la révolution il fut, à plusieurs reprises, sauvé de justesse de la destruction totale (buffets inclus), pour être remplacé par un instrument plus « moderne ». Il se distingue d’autre part par le fait quasi unique qu’il n’a connu qu’un remontage et une seule restauration en plus de trois siècles. Ayant ainsi été préservé d’aménagements douteux pour être mis au goût du jour, très à la mode au 19ème siècle, et jusqu’au milieu même du 20° siècle, c’est en 1996 que le Maître facteur d’orgue Yves CABOURDIN, avec pour rapporteur Michel Chapuis, lui a redonné par un travail minutieux et passionné ses splendeurs originelles.

De nombreux éléments du buffet du Grand Orgue sont du début du 16° siècle, et un élément important date du début du 15° siècle.

Conservés à près de 95%, sa mécanique, ses tuyaux et ses buffets font de cet orgue, classé monument historique dans son intégralité, une rareté d’une inestimable valeur. De plus, il est à notre connaissance le seul instrument français à posséder ses claviers d’origine en état d’être joués lesquels, qui plus est, ont été joués au 17° siècle par les doigts de la dynastie des Couperin, Nicolas Lebègue… les Maîtres de la Chapelle Royale.

Philippe Lécossais

http://www.orgue-rozay.org/

Pour télécharger cet article sous format pdf : cliquez sur l’icône suivant : Histoire_Orgue_Rozay